Coopération en matière de justice et de sécurité [sr]

Dans le domaine de la sécurité, la France œuvre notamment en Serbie via :

  • Le service de Sécurité intérieure ;
  • Le pôle français d’Expertise sur la Sécurité en Europe du sud-est ;
  • Les services du magistrat de liaison et de l’attaché douanier, qui contribuent également aux travaux du pôle.

Coopération avec le ministère serbe de l’Intérieur

Le service de sécurité intérieure organise annuellement une dizaine d’action de formation en Serbie par des services français, de visite en France de cadres serbes ou de stages.

Ces actions permettent une meilleure connaissance de nos systèmes respectifs, grâce à des échanges d’expérience entre forces de sécurité intérieures serbes et françaises, en particulier en matière de terrorisme, de criminalité organisée ou d’immigration.

JPEG JPEG
Le 7 juin 2019, une action de formation du RAID au profit du SAJ (groupe d’intervention serbe) était clôturée par le Ministre de l’Intérieur de Serbie et l’ambassadeur de France en Serbie. A gauche, le Ministre et l’ambassadeur saluent les membres du SAJ, à droite, exercice de libération d’otages.

L’ambassade promeut la langue française en faisant bénéficier les forces de sécurité intérieures serbes de formations en français, en particulier au profit de la police et de la gendarmerie.

La coopération franco-serbe dans le domaine de la sécurité intérieure s’illustre aussi dans le domaine opérationnel, dans le cadre d’enquêtes engageant les forces de police serbe et française. En 2019, le service de Sécurité intérieur a fait le lien entre autorités serbes et françaises dans 123 enquêtes, y compris en lien avec le magistrat de liaison, dans le cadre de l’exécution de commissions rogatoires internationales voire de demandes d’extradition.

Initiative contre l’usage et le trafic d’armes légères et de petit calibre dans les Balkans

Depuis juin 2017, la France copréside avec l’Allemagne une initiative contre l’usage et le trafic d’armes légères et de petit calibre dans les Balkans occidentaux, qui a permis l’adoption en juillet 2018 d’une feuille de route régionale fixant sept grands objectifs que les gouvernements de la région s’engagent à atteindre d’ici 2024.

  • mise en place d’un cadre législatif harmonisé avec la législation européenne et standardisé dans la région ;
  • mise en place de politiques et de pratiques fondées sur les preuves et la collecte de renseignement ;
  • réduction significative des flux d’armes à feu, de munitions et d’explosifs à l’intérieur et en provenance des Balkans occidentaux ;
  • réduction significative de l’offre, de la demande, et de l’utilisation illégale des armes à feu ;
  • réduction substantielle du nombre d’armes à feu détenues illégalement ;
  • réduction du stock d’armes et de munitions excédentaires ;
  • réduction du risque de prolifération et de détournement des armes à feu, de leurs munitions et explosifs.

Cette feuille de route permettra à la fois de répondre à un défi majeur de sécurité pour la région et de faciliter l’intégration de la Serbie -comme des autres pays des Balkans occidentaux- à l’Union européenne (chapitres de l’acquis communautaire relatifs à l’Etat de droit et à la sécurité).

Outre son soutien politique à l’initiative, la France apporte son assistance technique à la Serbie pour la mise en œuvre de la feuille de route, notamment à travers le don du logiciel de traçage balistique EVOFINDER, qui permettra aux autorités serbes de renforcer leurs capacités d’enquête et de coopération avec les pays européens disposant également de ce logiciel.

Dialogue sur la sécurité

La France développe ses échanges avec les autorités et la société civile serbes sur les enjeux de sécurité en Europe. Elle est représentée chaque année au Forum de sécurité de Belgrade, où sont intervenus en octobre 2019 le directeur de l’Europe continentale et ancien ambassadeur en Serbie Frédéric Mondoloni ainsi que le professeur de géopolitique et ancien ambassadeur Michel Foucher.

Par ailleurs, l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) a organisé en mai 2019 à Paris sa première session internationale Balkans, au cours de laquelle une trentaine d’auditeurs de tous les pays d’Europe du sud-est, dont six serbes, ont échangé avec les meilleurs spécialistes français sur le lien entre la sécurité et l’intégration des Balkans à l’Union européenne. Une délégation de vingt auditeurs de l’IHEDN a de son côté visité Belgrade en octobre 2019, dans le cadre d’une mission d’études dans les Balkans.

Dernière modification : 10/06/2020

Haut de page