Coronavirus en France et en Serbie - foire aux questions [sr]

Cette page s’inscrit en complément de la rubrique « COVID-19 - dernières informations » qui centralise en temps réel les mesures prises en France et en Serbie au sujet de l’épidémie.

PNG

1. Je suis en Serbie et j’ai des doutes sur mon état de santé.

Vous avez une forte fièvre, des difficultés respiratoires même modérées, un fort mal-être physique :

  • évitez tout contact avec d’autres personnes ;
  • mettez un masque couvrant la bouche et le nez pour éviter tout risque de contamination de vos proches ;

Si vous êtes de retour depuis moins de 14 jours d’une zone fortement touchée par le virus (Chine, Corée, Iran, Italie, Espagne, France, Allemagne, Pays-Bas…), il peut s’agir d’un élément d’alerte supplémentaire.

Appelez l’un des quatre numéros ci-dessous :

  • Centre d’appel info COVID19 pour la ville de Belgrade : +381 11 2078 677
  • Unité mobile Covid19 : +381 63 8511 769
  • Institut de santé publique ‘Batut’ : +381 11 2684 566
  • Centre d’appel du ministère de la Santé : +381 64 89 45 235
  • Centre d’orientation (en serbe) : 19819 // Centre d’assistance pour les personnes de plus de 65 ans : 19920

Si vous avez des symptômes grippaux modérés sans gêne respiratoire, appelez votre médecins afin de ménager vos symptômes et surveillez de près l’évolution de votre état. Il est déconseillé de prendre des anti-inflammatoires sans avis médical préalable (Ibuprofène, Advil, Nurofène, Cortosine).

2. Je voudrais rentrer en France - que faire ?

ATTENTIONLe trafic aérien international est désormais interrompu. Depuis le 22 mars, la Serbie est sous couvre-feu de 17h00 à 5h00 .

Les déplacements internationaux sont à éviter autant que possible dans les 30 jours à venir, même pour revenir sur le territoire national. Si vous jugez nécessaire de rentrer en France (raisons impératives, notamment au regard vos conditions sanitaires), vous devez vous faire connaître de nos ambassades et consulats dès que possible aux numéro suivants : +381 11 302 35 23 / 00

Outre les ressortissants français, sont autorisés à rentrer sur le territoire national :

  • les titulaires d’un titre de séjour en France,
  • les citoyens européens, britanniques, islandais, liechtensteinois, norvégiens et suisses qui résident en France ou qui rejoignent leur Etat de résidence en transit par la France
  • les personnes qui disposent d’un titre de séjour européen et qui rejoignent leur domicile (là aussi uniquement pour un transit),
  • les étrangers qui assurent le transport international de marchandises,
  • les professionnels de santé étrangers aux fins de lutter contre la propagation du COVID-19.

3. Une fois rentré en France par liaison aérienne, peut-on se déplacer sur le territoire français pour rejoindre son domicile ? Faut-il produire un document particulier ? Un proche peut-il venir me chercher à l’aéroport ?

Le ministère de l’Intérieur indique que le retour de personnes à leur domicile est un cas dérogatoire prévu aux restrictions de déplacement. Ce retour au domicile sera possible en renseignant un document qui peut être téléchargé sur le site du Ministère de l’intérieur.

S’agissant des accompagnants, seuls les déplacements auprès de personnes vulnérables sont autorisés par les nouvelles mesures. Pour plus d’informations, consultez la FaQ sur les mesures de confinement, disponible sur le site du ministère français de l’Intérieur.

4. Si je réside en France et que j’atterris dans une ville frontalière (Barcelone pour Perpignan, Bruxelles pour Lille), serai-je autorisé à rejoindre mon domicile ?

Oui. Il est possible de télécharger sur le site du ministère de l’Intérieur un document permettant les déplacements.

5. La France prend-elle en charge ces retours ou doit-on payer le billet du vol affrété par la compagnie commerciale ? Serons-nous remboursés ?

Il appartient à chaque voyageur de réserver et de prendre en charge son billet de retour, en contactant les compagnies aériennes qui affrètent les vols commerciaux.

Concernant le remboursement de votre voyage, le MEAE ne peut intervenir dans la relation contractuelle vous liant avec votre compagnie de transport ou voyagiste. En cas de difficulté, il vous est possible de contacter la Médiation Tourisme et Voyage pour vous assister dans vos démarches.

6. Que doivent faire les étrangers dont le visa ou le titre de séjour est sur le point d’expirer et qui se trouvent en France sans possibilité de rentrer chez eux rapidement en raison de la crise sanitaire ?

Pour sécuriser la présence sur le territoire français des étrangers en situation régulière, la durée de validité des documents suivants, qui arriveraient à échéance à compter du 16 mars, est prolongée de trois mois :

  • visas de long séjour ;
  • titres de séjour,
  • quelle qu’en soit la nature,
  • à l’exception des titres de séjour spéciaux délivrés au personnel diplomatique et consulaire étranger ;
  • autorisations provisoires de séjour ;
  • attestations de demande d’asile ;
  • récépissés de demande de titre de séjour.

7. Les étrangers qui sont titulaires d’un titre de séjour français, d’un visa de long séjour ou d’un récépissé de demande de renouvellement de titre de séjour sur le point d’expirer et qui sont bloqués à l’étranger en raison de l’interruption des lignes aériennes pourront-ils rentrer en France lorsque la situation le permettra, même si ces documents ont expiré ?

Oui, ils bénéficient eux aussi d’une prolongation automatique de 3 mois de leur titre de séjour, de leur visa de long séjour (exception faite des titres de séjour spéciaux ou de visas de long séjour délivrés au personnel diplomatique et consulaire étranger). Ils devront en revanche veiller à rentrer en France directement, sans transiter par un autre pays de l’espace Schengen.

8. Quid de la situation de ressortissants étrangers dont le visa de court séjour arrive à échéance et qui ne peuvent retourner dans leurs pays d’origine, soit parce que leur pays interdit les entrées en provenance de la France pour des raisons sanitaires, soit parce que leur pays est soumis aux mêmes difficultés sanitaires, soit parce que les liaisons aériennes notamment ont été interrompues ?

Les personnes qui se trouvent en France sous couvert d’un visa de court séjour peuvent, dans des cas d’urgence justifiés, bénéficier d’une prolongation de visa de court séjour (dans la limite de 90 jours) ou d’une autorisation provisoire de séjour (d’une durée de 3 mois préconisée). Elles sont invitées à se rapprocher de la préfecture de leur lieu de séjour.

Dernière modification : 03/04/2020

Haut de page