Décès de Vladimir Veličković [sr]

C’est avec beaucoup de peine que nous avons appris le décès du grand peintre serbe et français, Vladimir Veličković. Le monde vient de perdre un des artistes les plus importants du mouvement de la Figuration narrative. Chevalier de la Légion d’Honneur, Commandeur des Arts et des Lettres, membre de l’Académie française des Beaux-Arts, élu en 2005 au fauteuil de Bernard Buffet, membre également de l’Académie serbe des sciences et des Arts, il a passé la plus grande partie de sa vie en France. Ses liens avec notre pays étaient très forts. Après avoir obtenu le prix de la Biennale à Paris en 1965, il s’y installe, pour toujours. Ces plus belles œuvres ont vu le jour dans notre pays. Il y a enseigné la peinture et a formé des générations d’étudiants de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts. Toujours très attaché à son pays et sa ville natale, il était ami de notre ambassade et nous a fait l’honneur immense d’y venir souvent et d’exposer une partie de ces toiles à l’Institut français, dès sa réouverture, en 2001. C’était une façon symbolique d’unir nos deux pays, ces deux cultures auxquelles ils appartenaient pleinement pour présenter sa grande exposition rétrospective à l’Institut français et la galerie de l’Académie des Sciences et des Arts serbe. Il était un pont entre nos deux pays.

Ses univers troublants : paysages désolés, horizons bouchés, visions de guerre et de carnage, faisant partie de centaines d’expositions à travers le monde, ornent les collections des plus grands musées du monde entier. Impossible de ne pas être profondément touché par ses toiles et dessins, ni de confondre son talent extraordinaire avec le travail d’un confrère. Heureusement, une partie de ce talent formidable est partagé par ses deux fils, Vuk et Marko. L’ambassade de France et l’Institut français leur adressent leurs plus profondes condoléances, ainsi qu’à son épouse, sa muse et son soutien, Maristela, et à ses petits-enfants, sa famille, ses amis.

Le grand artiste nous manquera autant que le grand homme qu’il était, rayonnant, d’une grande gentillesse et honnêteté intellectuelle. Qu’il repose en paix.

Dernière modification : 30/08/2019

Haut de page