Acquisition de la nationalité au titre du mariage

En vertu des dispositions de l’article 21-2 du Code Civil, un étranger qui contracte mariage avec un conjoint de nationalité française peut acquérir la nationalité française par déclaration si les conditions suivantes sont remplies :

  • Justifier à la date de la déclaration que la communauté de vie tant affective que matérielle n’ait pas cessé entre les époux depuis le mariage et que le conjoint français ait conservé sa nationalité.
  • Être marié depuis 5 ans ou depuis 4 ans si le conjoint étranger, au moment de la déclaration, peut justifier :
    • soit d’une résidence de manière ininterrompue et régulière pendant au moins 3 ans en France à compter du mariage,
    • soit que son conjoint français a été inscrit pendant la durée de leur communauté de vie à l’étranger au registre des Français établis hors de France.

Le conjoint étranger doit également justifier d’une connaissance suffisante, selon sa condition, de la langue française, dont le niveau et les modalités d’évaluation sont fixés par décret en Conseil d’État.

Dépôt de la demande

- Télécharger et compléter le formulaire CERFA 15277*2 :

PDF - 259.4 ko
(PDF - 259.4 ko)

- Accompagner le formulaire des pièces justificatives demandées dans la notice d’informations :

Word - 130.5 ko
(Word - 130.5 ko)

Le dossier doit ensuite être envoyé par courrier à l’adresse suivante :

Ambassade de France
Section consulaire
Pariska 11
11000 Belgrade

Si celui-ci est complet, l’agent en charge de la nationalité convoquera les deux époux à l’ambassade.

Les conjoints devront attester sur l’honneur que la communauté de vie n’a pas cessé entre eux. A cette occasion, un entretien individuel sera mené avec le conjoint étranger afin d’évaluer son assimilation à la communauté française. Il se conclura par la signature de la demande officielle d’acquisition de la nationalité française. Un récépissé sera remis à cette date et le dossier complet transmis au Ministère de l’Intérieur.

Ce ministère disposera alors d’un délai d’un an à compter de la date du récépissé pour enregistrer la déclaration ou refuser son enregistrement (articles 21-2 alinéa 4, 26-3 alinéa 4 et 21-4 1er alinéa du code civil).

Dernière modification : 09/04/2018

Haut de page