Entretien de Bernard Kouchner au quotidien Vecernje Novosti

Extrait de l’article paru dans Vecernje Novosti le 3 novembre 2009

Le chef de la diplomatie française, M. Bernard Kouchner, a déclaré pour Vecernje Novosti que son pays soutenait la Serbie sur sa voie européenne et que les Pays-Bas avaient « sentimentalement raison, mais politiquement tort ».

En même temps, M. Kouchner a précisé que ce n’était pas le meilleur moment pour que Belgrade dépose sa candidature officielle d’adhésion à l’UE auprès de Bruxelles. Mais le Ministre a fait part de son espoir que l’Accord intérimaire soit prochainement dégelé, ce qui rendrait possible [le dépôt de la candidature].

A l’heure actuelle, la France soutient-elle davantage l’intégration européenne de la Serbie qu’elle ne la soutenait ces derniers mois ?

- B.K. : « Vous savez très bien que nous Français, nous soutenons beaucoup la Serbie dans ses tentatives de devenir membre de l’UE. Mais il faut respecter les règles ».

Généralement vous êtes d’avis qu’il ne faut pas mélanger questions techniques et questions politiques. Comment la Serbie peut-elle régler le problème qu’elle a avec les Pays-Bas ?

- B.K. : « La position de la France est très claire. Nous souhaitons que la Serbie entre dans l’UE où elle a sa place à part entière. Pour des raisons bien connues, plus précisément en raison de l’absence de l’arrestation du général Mladic, les Pays-Bas refusent d’adoucir leur position. Nous respectons et nous comprenons les demandes de ce pays concernant les questions relatives aux droits de l’homme. Mais, je suis d’avis, comme les autres [membres de l’UE], que ce frein ne devrait pas durer trop longtemps. Car politiquement, c’est complètement injuste. Cela étant dit, je ne pense pas que la position néerlandaise soit illégitime s’agissant des droits de l’homme ou d’un point de vue moral, mais elle l’est politiquement. Il existe donc cet obstacle et la Serbie, en ce moment, ne peut pas déposer sa candidature ».

Vous ne conseilleriez donc pas à la Serbie de déposer sa candidature pour obtenir le statut de candidat à l’adhésion à l’UE avant que l’Accord intérimaire ne soit dégelé ?

- B.K. : « Non, une procédure existe, que la Serbie doit respecter ».

Dernière modification : 12/06/2020

Haut de page