La famille Franchet d’Espérey à Belgrade [sr]

Le 11 septembre 2018, l’Ambassadeur Mondoloni a accueilli à la Résidence de l’Ambassade de France les descendants du maréchal Franchet d’Espérey, commandant interallié sur le Front d’Orient en 1918, en compagnie du ministre de la défense Aleksandar Vulin, du professeur Vojisalv Pavlovic (Institut des études balkaniques) et de M. Zoran Kolundzija (Editions Prometej).

La comtesse Claude de Saint-Pierre, petite-fille du maréchal, avait ainsi fait le déplacement à Belgrade pour présenter à la presse la traduction en Serbe des mémoires de son grand-père – ceci afin de rendre accessible au public serbe les écrits inédits d’un des principaux artisans de la libération du pays en 1918.

L’Ambassadeur a tenu à saluer la mémoire du maréchal Franchet d’Espérey, rappelant son rôle dans l’histoire serbe et le fait qu’il est, à ce jour, le seul militaire français à avoir été honoré du titre de Voïvode de l’armée de Serbie. Ceci illustrait pleinement à quel point la France et la Serbie avaient été proches durant leur histoire, alors même qu’aujourd’hui encore des militaires serbes servaient des opérations de maintien de la paix aux côtés de l’armée française – Afrique et Liban. L’Ambassadeur a également souligné que le président Vucic serait invité à participer à la cérémonie du 11 Novembre, à Paris, aux côtés d’autres chefs d’Etats.

Le Professeur Pavlovic a ensuite présenté la contribution du maréchal Franchet d’Espérey à la victoire sur le Front d’Orient, tout spécialement par sa vision innovante de la manière de conduire la guerre. M. Kolundzija a présenté, de son côté, l’implication de la maison d’édition Prometej pour assurer la publication en Serbe des mémoires du Maréchal et l’intérêt qu’elle portait à cette péridoe historique marquante dans l’histoire de la Serbie.

* * *

Louis Franchet d’Espérey

JPEG
Né en 1856, Louis Franchet d’Espérey a été diplômé de l’Ecole militaire spéciale de Saint Cyr en 1876. Il a ensuite participé à la campagne de Tunisie (1881) puis à la guerre des Boxers (1900), avant d’exercer un commandement de régiment en France. Lors de la Première guerre mondiale, il participe à la Bataille des Frontières (août 1914) et à la Bataille de la Marne (septembre 1914). Il commande ensuite le groupe d’armée est (1916) puis nord (1917).

En juin 1918, il est désigné pour devenir le commandant en chef des forces alliées sur le Front d’Orient. Il est alors à la tête d’une armée de 650 000 hommes, dont 225 000 Français et 120 000 Serbes. Avec ces forces, il prépare une grande offensive, qui débute le 15 septembre 1918, avec la bataille de Dobropolje. Il perce alors le front des Empires centraux en Macédoine, libérant ensuite la Serbie en à peine plus d’un mois (octobre 1918), à l’issue d’une campagne menée à un rythme très soutenu. Cette offensive victorieuse contribue en grande partie à la sortie de la guerre de la Bulgarie (29 septembre) et de l’Autriche-Hongrie (3 novembre) mais aussi et surtout à la victoire finale des alliés (11 novembre).

Après la fin de la Guerre, Franchet d’Espérey commande une partie des troupes françaises engagées dans la guerre civile russe : jusqu’à avril 1919, il redresse leur situation devenue précaire et assure leur évacuation en bon ordre. Il est élevé à la dignité de maréchal de France en 1921 et est nommé inspecteur général des forces françaises d’Afrique du nord. Il est également nommé membre de l’Académie française en 1933 et reste membre du conseil supérieur de la guerre jusqu’à 1938. Titulaire de pas moins de 14 décoration françaises et étrangères, il est notamment grand-croix de la Légion d’honneur (française) et grand-croix de l’ordre de l’Etoile de Karageorge (serbe).

Dernière modification : 13/09/2018

Haut de page