Mme Aja Jung faite Chevalier des Arts et lettres [sr]

L’Ambassadeur de France en Serbie, Mme Christine Moro, a remis l’insigne de Chevalier des arts et lettres à Madame Aja Jung, le jeudi 27 octobre 2016 à la Résidence de France.

JPEG

Mme Aja Jung a fondé en 2003 le Festival de la Danse de Belgrade, qu’elle dirige depuis lors. Un grand nombre de compagnies de danse françaises y ont participé, comme le Ballet de l’Opéra de Paris, ceux de Lyon et Biarritz, la compagnie Emmanuel Gat, Maguy Marin, Mathilde Monier, Sylvie Guillem, Yuval Pick, Bernardo Montet, Bouba Landrie Chuda, ou encore la compagnie Käfig de Mourad Merzouki et le Ballet d’Angelin Preljocaj.

L’Ambassadeur a souligné que l’attribution de cette décoration rendait hommage à la contribution éminente de Mme Jung aux relations entre danseurs et chorégraphes serbes et français, entre les compagnies françaises et le public serbe. Mais au-delà, la France a aussi voulu mettre à l’honneur le fait que par son action, la danse contemporaine est devenue plus accessible non seulement aux professionnels mais aussi à un large public.

« Vous donnez corps à ces principes auquel nous, les Français, nous sommes infiniment, viscéralement attachés », a déclaré l’Ambassadeur : « que la culture fait partie de l’être humain, qu’elle lui confère une qualité, un éclat uniques ; que la culture est universelle et qu’elle se moque des frontières ; qu’elle est vivante et évolue sans cesse ; que l’on ne peut pas vivre sans culture et qu’il faut donc se battre pour la transmettre aux plus jeunes ».

JPEG

Mme Jung a pris la parole à son tour, en soulignant que la participation des grandes compagnies et des grands artistes français au Festival de danse de Belgrade avait contribué à en établir et développer la renommée. Elle a conclu avec humour en ces termes : "Je suis née dans la rue Francuska à Belgrade... C’est dans cette rue que se trouve le bureau du Festival de danse de Belgrade alors que La Fondation nationale pour la danse est à Terazije. Ainsi, je marche au moins dix fois [par jour] à travers « Francuska », à travers la France. Pour être sincère, jusqu’à présent, je me voyais un peu comme un chevalier de cette montée du quartier de Dorcol où marcher sur des talons est un art, surtout avec un téléphone dans chaque main... et cela toujours en courant, car la durée d’une journée est courte... Désormais, je ne serai pas seulement un chevalier de la rue Francuska, mais un vrai chevalier français ».

JPEG

Dernière modification : 28/10/2016

Haut de page